Du 16 octobre au 3 novembre 2012

Hamlet est mort. Gravité zéro

hamlet-est-mort-gravite-zero  
fermer

Hamlet est mort. Gravité zéro

Du 16 octobre au 3 novembre 2012

La fable : Mani et Dani, un frère et une sœur, rendent visite à leurs parents, Karl et Caro, pour l’anniversaire de leur grand-mère maternelle qui fête ses 95 ans. Or, il se trouve que ce jour est aussi celui des funérailles d’un ami, abattu par son père d’un coup de fusil. Le repas de fête est sinistre de même que la rencontre fortuite de Oli et Gaby, avec qui ils formaient jadis un quatuor d’inséparables. Une journée fatale pour tous.

Quand le spectacle commence, tout a déjà eu lieu. Dans un jeu de plaidoyers lourds de sous-entendus, chacun des protagonistes se mêle d’exposer au public le déroulement de cette journée. Mais peut-on dire précisément quand tout cela a commencé ?

Gaétan Paré du Théâtre de la Pacotille s’empare avec fougue de ce texte à l’intelligence et à la structure jouissive qui lui permet de faire éclater la forme de la représentation. Une distribution redoutable l’accompagne dans cet univers qui fait valser les conventions. 

Hamlet est mort. Gravité zéro a été écrit en 2007 par l’auteur autrichien Ewald Palmetshofer qui se sert du noyau familial pour exposer le poids des conflits générationnels. Il nomme le vide laissé par l’absence d’idéaux et propose l’expérience de l’inertie. En interrogeant l’origine pour trouver les causes, Palmetshofer expose la difficulté de vivre d’une jeunesse qui peine à s’inscrire dans le monde qui est le sien. 

Le texte, par sa déconstruction des conventions de temps, de lieu et d’action, repense la représentation théâtrale et la met en danger, s’inscrivant ainsi dans une dramaturgique résolument contemporaine qui propose une réflexion vertigineuse sur le théâtre.

L’adaptation québécoise qu’en a faite Éric Noël fait résonner le rythme et les sonorités propres au texte dans sa langue d’origine et en accentue la pertinence en l’ancrant dans une réalité très proche de nous.

Téléchargez le communiqué de presse ici

 

Texte Ewald Palmetshofer
Mise en scène Gaétan Paré

Avec
Sébastien Dodge - Mani (le frère)
Eve Landry - Dani (la sœur)
Dany Boudreault - Oli  (un ami)
Sophie Cadieux - Gabi (une amie)
Normand Daoust - Karl (le père)
Monique Spaziani - Caro (la mère)

Traduction Laurent Mulheisen
Adaptation Éric Noël
Dramaturgie Sara Fauteux
Assistance à la mise en scène et régie Camille Gascon
Scénographie Morgan Guicquero
Costumes Linda Brunelle
Éclairages et direction de production Marie-Aube Saint-Amant Duplessis
Assistance à la production Anne-Sarah Gendron
Direction technique Catherine Moisan

  • PLEIN TARIF
 
    25$              ACHAT EN LIGNE  28$
  • 30 ANS ET MOINS
    22$             ACHAT EN LIGNE  25$
  • CARTE PREM1ÈRES
    12,50$
           
  • Autres tarifs réduits: travailleurs culturels, membres de la Fédération des aînés du Québec (FADOQ), Détenteurs de la carte Accès Montréal
    22$

Information et réservation pour les groupes groupe@auxecuries.com

16 Octobre 2012 : 20h
17 Octobre 2012 : 20h
18 Octobre 2012 : 20h
19 Octobre 2012 : 20h
20 Octobre 2012 : 16h
23 Octobre 2012 : 20h
24 Octobre 2012 : 20h
25 Octobre 2012 : 20h
26 Octobre 2012 : 20h
27 Octobre 2012 : 16h
30 Octobre 2012 : 20h
31 Octobre 2012 : 20h
1 Novembre 2012 : 20h
2 Novembre 2012 : 20h
3 Novembre 2012 : 16h

THÉÂTRE DE LA PACOTILLE

La condition humaine, exposée sous la forme de tragédie contemporaine, est le sujet de prédilection du Théâtre de la Pacotille et motive autant les choix de textes souvent inédits du metteur en scène Gaétan Paré que l’écriture de Sébastien Dodge, comédien, auteur et metteur en scène. Entre le plaisir et la douleur, la poésie et la violence, le divertissement et la philosophie, le travail du Théâtre de la Pacotille se positionne dans un espace de création peu commun.

Se définissant avant tout comme un théâtre de recherche, le Théâtre de la Pacotille a pour but de mener une réflexion sur la pratique théâtrale. En confrontant le propos du texte à une exploration des multiples composantes du langage théâtral, la compagnie travaille à doter ses spectacles d’un ensemble de tensions, voire de contradictions, qui enrichissent l’expérience du spectateur.

Créations récentes : La guerre en 2012, La genèse de la rage en 2011, Le moche en 2010.